Ce mardi 11 juin, un nouveau gouvernement a été nommé en Haïti, chargé de chercher à restaurer la sécurité et la stabilité dans ce pays dévasté par la violence des gangs.

0

Le Moniteur, le journal officiel haïtien, a publié l’arrêté qui liste les membres du nouveau cabinet deux semaines après la nomination par le conseil présidentiel de transition d’un Premier ministre par intérim, Garry Conille.

Son poste sera également celui de ministre de l’Intérieur, conformément à la loi.

Le représentant d’Haïti à l’UNESCO est Dominique Dupuy, chargée des affaires étrangères.

Carlos Hercule est le ministre de la Justice et de la Sécurité publique.

Ketleen  Florestal occupe les postes de ministre de l’Économie et des Finances, ainsi que  ministre de la Planification et de la Coopération externe.

Ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural : Joseph Vernet.

Ministre des Travaux publics, des Transports et des Communications : Raphaël Hosty.

James Monazard occupe le poste de ministre du Commerce et de l’Industrie, ainsi que celui du Tourisme.

Moïse Jean-Pierre Fils : ministre chargé  de l’Environnement

   Antoine Augustin : Ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, est également ministre de la Culture et de la Communication.

Ministre des Affaires sociales et du Travail : Georges Wilbert Franck

Ministre de la Santé publique et de la Population : Georges Fils Brignol

Marie Françoise Suzan : Ministre de la Condition féminine et des Droits des femmes

Niola Lynn Sarah Devalis Octavius ​​: ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique

Jean Marc Berthier Antoine : Ministre de la Défense

Haïti, après plusieurs années de troubles, a mis fin à ses autorités de transition. Ariel Henry, l’ancien Premier ministre, avait été nommé juste avant l’assassinat en 2021 du président Jovenel Moïse, et il avait été très critiqué. Cette démission a été acceptée le 11 mars. Lors d’une rencontre entre les Haïtiens et plusieurs organisations et pays comme la Communauté des Caraïbes et les États-Unis, le principe de la création d’un conseil présidentiel de transition a été adopté le même jour.

Cette assemblée de neuf membres (sept avec droit de vote et deux observateurs) a été constituée en avril. Il devra être retiré au plus tard le 7 février 2026.

Il a confié à ses membres la responsabilité de nommer « rapidement » un Premier ministre et un gouvernement « inclusif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REVOIR