La nationalité française a été retirée au militant Kemi Seba.       

0

Kemi Seba, militant panafricaniste connu pour ses positions anti-occidentales, a été déchu de sa nationalité française par un décret publié le 9 juillet en France au Journal officiel.

Le décret, signé le 8 juillet 2024, mentionne que Stellio Gilles Robert Capo Chichi, âgé de 42 ans, a perdu sa nationalité française. Il est donc privé de la nationalité française du militant panafricaniste. En mars dernier, la préfecture de l’Essonne avait tenté d’empêcher une conférence de cet homme, déjà poursuivi par une procédure de déchéance de nationalité, décision qui a été suspendue par le tribunal administratif.

Une vidéo montrant qu’il a brûlé son passeport français.

Le journal L’Essor de la gendarmerie rappelle que Kemi Seba avait diffusé une vidéo où il brûlait un document qu’il qualifiait de passeport français. L’ancien chef de la Tribu Ka, un groupe antisémite qui revendiquait la séparation entre noirs et blancs avant d’être dissous par le gouvernement français en 2006, a été condamné à plusieurs reprises en France pour incitation à la haine raciale.

Actuellement président du groupe Urgences Panafricanistes, il jouit d’une certaine influence sur les réseaux sociaux. Kemi Seba a organisé ou participé à plusieurs manifestations anti- franc -CFA en Afrique ces dernières années, où il a été arrêté,  expulsé  notamment en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Guinée.

En France, il a été accusé l’année dernière par le député Renaissance Thomas Gassilloud, alors président de la Commission de défense de l’Assemblée nationale, d’être un « pont de la propagande russe » et de servir « une puissance étrangère qui entretient un sentiment anti-français ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REVOIR